mardi 14 novembre 2017

Un témoignage extraordinaire sur la société haute-alpine du XIXe siècle.

Au début des années 2000, en faisant des travaux de rénovation au château de Picomtal (Les Crots), les ouvriers qui démontaient un ancien parquet ont découvert qu'un de leur lointain prédécesseur avait écrit ses pensées au revers des planches et sur certaines cales. Sortis soudainement de l'obscurité où il se trouvait depuis 120 ans, ces textes attendaient leur historien. C'est maintenant chose faite depuis la parution récente (fin octobre), de l'ouvrage de l'historien Jacques-Olivier Boudon : Le plancher de Joachim. J'ai souhaité présenter cet ouvrage à double titre. C'est d'abord le témoignage extraordinaire d'une voix populaire qui s'adresse directement à nous, ce qui est particulièrement rare. Ensuite, c'est une tranche de l'histoire des Hautes-Alpes dans la période 1860-1880, au moment même où le département vit une transformation profonde à la charnière entre le Second Empire et l'installation de la République.


Joachim Martin est né aux Crots (qui s'appelait alors les Crottes) le 8 avril 1842. Fils de menuisier, menuisier lui-même, il est aussi cultivateur sur les quelques terres qu'il possède. A ce titre, il est le représentant de ce peuple des campagnes des Hautes-Alpes. Il n'est pas pauvre. Il est propriétaire, il paye des taxes, en résumé, il peut subvenir aux besoins de sa famille. Il n'est pas non plus aisé. Sa situation reste précaire, il n'est pas à l'abri d'un accident de la vie qui mettrait en péril le fragile équilibre familial. Il se marie aux Crots le 26 avril 1870 avec Marie Robert, dont il a eu 4 enfants. Il est décédé dans cette même commune le 2 juillet 1897 à 55 ans. En 1880, Joseph Roman, qui vient d'acheter le château de Picomtal, aux Crots, lui confie la réfection des parquets. C'est alors que Joachim Martin confie ses pensées aux planches qu'ils posent.

Les signatures de Joachim Martin (en haut à gauche) et de Marie Robert (en haut à droite),
de leurs parents et témoins sur leur acte de mariage

Si j'ai un conseil à donner, c'est celui de commencer la lecture de l'ouvrage par les pages où sont transcrits les 72 textes laissés par Joachim Martin sur les planches (pp. 209-222). Ce sont les textes bruts, sans commentaire. Ils permettent de s'imprégner de ses pensés et préoccupations sans l'intermédiaire du commentaire ou de la mise en perspective apportés par Jacques-Olivier Boudon. Non pas que le travail de ce dernier dénature ces textes. Bien au contraire, il faut reconnaître la très grande rigueur et l'honnêteté intellectuelle de l'auteur qui s'interdit d'interpréter ou, plus familièrement de « broder », sur ce que nous dit Joachim Martin. Il aurait pu être tentant de se livrer à l'exercice de transformer ces phrases, pour les insérer dans une trame romanesque, comme on le voit dans les biographies romancées, sous prétexte de rendre le propos plus vivant et agréable à lire. Jacques-Olivier Boudon montre que l'on peut être rigoureux et documenté, sans que cela nuise au plaisir que l'on a de découvrir la vie de Joachim Martin. Et c'est aussi et avant tout le travail d'un historien, qui a mené d'importantes recherches documentaires sur le département, la commune des Crots et la famille de Joachim Martin.


En introduction, Jacques-Olivier Boudon se réfère à juste titre au célèbre ouvrage Le monde retrouvé de Louis-François Pinagot. Pour rappel, il s'agit d'un ouvrage historique dans lequel Alain Corbin s'attache à reconstituer la vie et le milieu d'un parfait inconnu choisi au hasard dans l'état civil d'une commune aussi choisie au hasard dans l'Orne. Il en résulte la vie du sabotier Louis-François Pinagot, qui a vécu de 1796 à 1876 dans un village à la lisière de la forêt de Bellême. Ce livre, qui aurait pu sembler être un exercice de style, s'avère un modèle du genre lorsqu'il s'agit de construire la biographie d'une homme obscur. Jacques-Olivier Boudon s'est appliqué à la même démarche, car, au-delà des textes laissés par Joachim Martin, il fallait aussi les contextualiser. Il fallait aussi vérifier les faits souvent précis en termes de personnes, d'événements ou de dates. Le résultat de ce travail est une réussite. Jacques-Olivier Boudon s'est totalement imprégnée de cette société haute-alpine de la deuxième moitié du XIXe siècle, avec la profonde mutation que vit la région. Cette mutation, Joachim Martin la perçoit, la vit et même la décrit avec ses mots. Jacques-Olivier Boudon la met en perspective.

Les chapitres du livre abordent tous les aspects de la vie de Joachim Martin : sa famille, ses amis, la société villageoise avec ses tensions, son métier, son chantier au château de Picomtal, avec l'évocation de son propriétaire, Joseph Roman. Il y a 3 aspects qui m'ont particulièrement intéressé. Le premier est l'étude de la vie politique de l'époque avec la transition de la société villageoise vers la République et l'engagement grandissant des populations dans la vie citoyenne, en particulier de ceux qui en ont été longtemps exclus comme Joachim Martin et ses semblables. Le deuxième thème qui est largement abordé est le difficile rapport entre la société villageoise et le curé, dans le contexte plus général de la montée simultanée de l'anticléricalisme, porté par une frange républicaine de la population villageoise, et de l'intransigeance cléricale. Dans cette étude, l'auteur met bien en exergue les rapports ambivalents de Joachim Martin, et plus généralement des villageois, entre une forme d'attachement à la religion et aux manifestations religieuses et l'opposition frontale avec le curé. Joachim Martin a d'ailleurs un conflit personnel avec celui-ci, qui le conduit à envoyer une lettre de dénonciation au préfet. Enfin, et c'est probablement un des aspects les plus fascinants de ces traces écrites, on a une vision de la sexualité par Joachim Martin. Il n'est pas besoin de dire qu'on ne dispose en général d'aucun témoignage sur ce que pouvait être la vie sexuelle, et la perception de cette vie, par nos ancêtres paysans des campagnes des Hautes-Alpes (et d'ailleurs). Le support choisi par Joachim Martin lui a donné une liberté de parole inédite et parfois crue. Parmi ces différentes réflexions, il s'insurge contre le contrôle de la sexualité par le curé, par l'entremise de la confession des femmes :
D'abord je lui trouve un grand défaut de trop s'occuper des ménages de la manière que l'on baise nos femmes. Combien de fois par mois [...] enfin je ne sais combien de choses qu'il a demandé et défendu à toutes les femmes du quartier. De quel droit misérable. Qu'on le pende ce cochon. Mr [Roman] n'a pu le croire !
C'est presque la revendication d'une forme de liberté sexuelle qui s'exprime ici. Ce qui est savoureux dans cette remarque est qu'il finit par s'en ouvrir à son client, Joseph Roman, pourtant fort traditionaliste.

Les rapports de Joachim Martin et Joseph Roman sont aussi plein d'ambivalence. Il y une forme de proximité, comme on le voit dans le point précédent, mais aussi lorsqu'il rapporte que Joseph Roman lui montre les dessins des peintures murales de l'église de l'Argentière-la-Bessée. Il devait aussi être assez proche de lui pour connaître des détails de sa vie personnelle et privée : sa mère (et ses frasques parisiennes), son père, son éducation, sa famille, sa passion et son activité d'érudit, On sent parfois une forme d'affection de Joachim Martin pour Joseph Roman. Mais, dans le même temps, il dit : « O toi seigneur qui habite le château ne méprise pas l'ouvrier  ».


Joachim Martin relève un aspect inconnu de la personnalité de Joseph Roman. Toux ceux qui s'intéressent à l'histoire des Hautes-Alpes connaissent son important travail d'érudition historique, voire savent qu'il y a eu un violent conflit entre Joseph Roman et l'abbé Paul Guillaume, l'archiviste du département, conflit de personnalités et conflit de prééminence. Tout cela est du domaine public. Sur la personnalité de Joseph Roman, il faut lire sa notice nécrologique anonyme dans le Bulletin de la Société d'Etudes des Hautes-Alpes, 1925, où, après les éloges d'usage sur ses travaux et ses mérites, on rappelle quelques traits moins favorables de sa personnalité : « il ne put jamais se guérir d'une certaine légèreté d'esprit », « on trouve toujours quelque erreur due à un manque d'attention évident », « trop de confiance en lui-même », « il fallait parfois le croire sur parole quand il affirmait un fait. » Mais cela reste encore dans les limites de ce que l'on peut dire publiquement sur quelqu'un. Joachim Martin ne s'embarrasse pas de précaution lorsqu'il relève le comportement un peu efféminé de Joseph Roman :
Mr n'est pas méchant mais il a temps soit peu conservé une forte dose de verve féminine car élevé par sa  tante Mme Amat rentière de 20 mille de Gap elle l'a gâté raclé arrangé de manière qu'il lui vient toujours quelque mauvaise manière féminine. Gentil garçon aimant les jolies femmes et ne les touchant pas, se mêlant un peu à tous les procès. Donnant des bons conseils à qui veut bien les écouter.
Notons d'ailleurs qu'il n'y a pas de jugement de valeur sur ce comportement. C'est un constat, avec un embryon d'explication psychologique. Il exerce sur lui son talent d'observateur.

Si j'avais un regret à exprimer, je trouve que Jacques-Olivier Boudon ne répond pas à une question qui vient naturellement à l'esprit. Joachim Martin était-il représentatif des personnes de son milieu, c'est-à-dire la société villageoise des cultivateurs, des petits propriétaires et des artisans, dans les Hautes-Alpes de la moitié du XIXe siècle ? La seule amorce de réponse se trouve dans cette remarque, où l'on voit l'auteur situer clairement Joachim Martin comme une exception au sein de son monde : « A certains égards, Joachim Martin est un être exceptionnel par le rapport qu'il entretient au temps. Il est à mille lieues de ces gens simples décrits comme uniquement préoccupés du lendemain, vivant au jour le jour, incapables même de se souvenir de leur date de naissance. » Pourtant, rien ne le prouve. Affirmer que « les gens simples » vivaient « au jour le jour » me semble un peu rapide. Sur quels éléments se fonde Jacques-Olivier Boudon, sinon sur une vision fabriquée de la société paysanne. Et si, au contraire, Joachim Martin était représentatif et qu'il s'était fait le porte-parole des sans voix de l'époque. Appliquer cette grille de lecture à l'ensemble de ses propos permettrait peut-être d'amorcer une révision de la vision de cette société, vision qui est brouillée par le discours qui était tenu à l'époque par les élites (administrateurs, curés, etc.) et par une reconstitution à posteriori du fonctionnement de ces sociétés passées. Ce dernier phénomène est le résultat d'un curieux mélange entre l'idée d'un âge d'or connu par les sociétés paysannes anciennes et d'un « dolorisme » appliqué à ces mêmes sociétés. Il suffit de lire les nombreux témoignages des « anciens », abondamment publiés ces dernières décennies pour comprendre ce que je veux dire. Les propos cachés de Joachim Martin sont pourtant l'occasion de revoir cette construction intellectuelle sur les sociétés anciennes. Ce livre ne s'engage pas dans cette voie.

Signalons que, récemment, a été publié La Roche-de-Rame, registre de paroisse, 1848-1911, par l'Association du patrimoine de La Roche de Rame. Ce sont des carnets tenus par les curés de la Roche-de-Rame entre 1842 et 1911, mais surtout jusqu'en 1849. Malgré le biais inévitable d'un témoignage d'un curé prompt à fustiger les comportements de ses contemporains, ce sont aussi des tranches de vie, comme des coupes archéologiques dans la société de l'époque, dans un milieu et un contexte très similaires à celui des Crottes, bien qu'un peu antérieures dans le temps. Ces carnets ont été bien publiés par l'Association, mais ils attendent aussi leur historien pour les situer et les analyser dans leur contexte.

A la lecture, il y a un autre point qui me semble apporter un autre éclairage sur ce monde haut-alpin, mais j'en parlerais plus longuement le moment venu.

Pour terminer, ce petit clin d'œil en écho à une des remarques de Joachim Martin. Parlant de Joseph Roman et de ses travaux, il rapporte : « célèbre par les écrits qu'il fait relier à Grenoble et a dans sa bibliothèque. » Il se trouve que je possède plusieurs livres de la bibliothèque de Joseph Roman, soit ses propres travaux, soit des ouvrages sur les Hautes-Alpes. J'ai reconstitué ainsi un petit bout de cette bibliothèque telle que pouvait la voir Joachim Martin.


4 commentaires:

Textor a dit…

Très bon compte rendu qui donne envie de lire ce livre. Mais pourquoi donc tenir une sorte de journal sur des lames de parquet quand il aurait été plus simple de l'écrire dans un cahier?!. Le texte aurait très bien pu ne jamais être retrouvé !

sylviedam a dit…

Cette histoire me réjouit !
Merci...

Bibliothèque dauphinoise a dit…

Merci pour vos commentaires.
Tenir ce journal sur des lames de parquet l'assurait de ne pas être lu avant de nombreuses années. Comme il le dit : "Heureux mortel. Quand tu me liras, je ne serai plus." Cela lui permet de dire crûment ce qu'il pense, comme par exemple lorsqu'il dit de sa femme : "n'ayant jamais vu aucune pine avant son mariage avec moi". L'aurait-il écrit dans un carnet, qu'il courait le risque d'être découvert.
Tous les parquets du château de Picomtal n'ont pas été démontés. Peut-être qu'il reste encore des planches écrites par Joachim Martin à découvrir.

Anonyme a dit…

Je vais acheter cela tout de suite... réjouissant !
Xavier