mardi 8 janvier 2019

Paul Colomb de Batines ou l'éloge de l'inachèvement.

Il y a 3 ans, je publiais un long message sur Paul Colomb de Batines, un Gapençais (1811-1855) qui a publié quelques ouvrages de bibliographie dauphinoise entre 1835 et 1840. Je vous renvoie au message que je lui ai consacré : cliquez-ici.

Sa première publication avait été en 1835 une Bibliographie des patois du Dauphiné, dont il avait financé l'impression avec l'argent que lui avaient donné ses parents pour ses études de droit à Aix-en-Provence. Il avait 23 ans. Même si la plaquette est modeste, c'était une belle contribution sur ce sujet qui avait été un peu rapidement traité par Champollion-Figeac en 1809. Sa dernière publication dauphinoise est un Catalogue des Dauphinois dignes de mémoire, imprimé à Gap et publié à Grenoble en 1840. Seule la première partie, contenant les lettres A à J, a paru. C'est ce dernier ouvrage qui m'a inspiré le titre de ce message : « éloge de l'inachèvement ». 



En effet, dans la courte bibliographie de Paul Colomb de Batines, il y a plus de livres inachevés et de projets avortés, que d'ouvrages complets. La Revue du Dauphiné, à laquelle il a collaboré, a dû s’arrêter en 1839 après 2 ans de parution. Les Mélanges biographiques et bibliographiques relatifs à l'histoire littéraire du Dauphiné, en collaboration avec Jules Ollivier, n'a connu qu'un seul tome. Son Annuaire bibliographique du Dauphiné pour 1837, ne va pas au-delà de la 1re année. Pour finir, le Catalogue des Dauphinois dignes de mémoire n'a jamais dépassé la lettre J. Dans la liste des ouvrages « sous presse » annoncés dans ce Catalogue, Paul Colomb de Batines annonce deux ouvrages dont, visiblement, la première feuille d'impression n'est jamais sortie d'aucune presse :
Bibliographie spéciale des ouvrages sortis des presses de la Correrie, imprimerie particulière de la Grande Chartreuse.
Bibliothèque des principaux ouvrages écrits en langue vulgaire du Dauphiné, avec une introduction et des notices biographiques et bibliographiques.

Je suis peut-être trop cruel dans ce message, car ce qu'il nous a laissé est souvent de qualité et il a le mérite, avec Jules Ollivier, d'avoir ouvert des chantiers prometteurs pour l'avenir. Il sera réservé à d'autres de mener à bien les ouvrages de synthèse sur le patois du Dauphiné ou de publier une biographie complète du Dauphiné. D'ailleurs Adolphe Rochas, l'auteur de cette Biographie du Dauphiné de référence, ne se fait pas faute de brocarder cette tendance à l'inachèvement de Colomb de Batines : « Mais ce projet [de Bibliothèque des principaux ouvrages écrits en langue vulgaire du Dauphiné], comme une foule d'autres de Colomb de Batines, n'a pas eu de suite. »

La faux titre de son Catalogue montre toute lambition qui était la sienne :
rien moins que contribuer à une nouvelle biographie générale du Dauphiné.

A la décharge de Paul Colomb de Batines, ses projets communs avec Julles Ollivier étaient probablement trop ambitieux pour les moyens et le temps dont ils disposaient, sans compter qu'ils ne bénéficiaient d'aucun support et que d'une audience limitée. En plus, Paul Colomb de Batines, qui était jeune et adepte des plaisirs de la vie, avait alors besoin d'un mentor, rôle que remplissait bien Jules Ollivier. Malheureusement, celui-ci est décédé brutalement en 1841 et, la même année, obligé de se trouver un moyen de subvenir à ses besoins, Paul Colomb de Batines se résolut à acheter le fonds de librairie de Joseph Crozet à Paris. A partir de ce moment-là, il ne s'occupa plus de choses dauphinoises. Obligé ensuite de se « réfugier » à Florence, il y trouvera enfin les conditions qui lui permirent de donner toute la mesure de son talent, en publiant une bibliographie de référence de l'œuvre de Dante.

Colomb de Batines et ses amis au café, vers 1835
Tableau anonyme, Musée de l'Ancien évêché, Grenoble
Pour aller plus loin, les pages que je consacre à :
Catalogue des Dauphinois dignes de mémoire. Première partie. A–J.
Paul Colomb de Batines