mardi 6 décembre 2016

La première description du massif des Écrins... en 1793.

Pour trouver la première description des différentes vallées qui forment l'actuelle massif des Écrins, il faut se référer à un petit ouvrage de 1793, publié à Turin, à l'usage des militaires :
Noms, situation et détails des vallées de la France le long des grandes Alpes, dans le Dauphiné et la Provence,Et de celles qui descendent des Alpes en Italie, depuis la Savoie, jusqu'à celle de Saint-Étienne au comté de Nice. Extrait des Campagnes du Maréchal de Maillebois, par le Marquis de Pesay.


Dans ce message, je veux surtout mettre en exergue ce qu'il apporte à l'histoire de la connaissance du massif.

Dans cette page qui décrit les différentes rivières de la vallée du Vénéon :


on lit plus particulièrement :
Cette rivière [le Vénéon] reçoit quelques ruisseaux assez considérables.
1. Le ruisseau descendant du pied de la montagne d'Oursine, & coulant le long du vallon de la Pirade.
2. Le ruisseau descendant du pied de la montagne de l'Aiguille du midi, par le vallon de Châtelar, & tombant dans la Venéon, au dessous du hameau de la Bérarde.
3. Le ruisseau descendant de la pointe haute du Grand glacier, coulant le long du vallon de Selle, & allant tomber dans la Venéon, au dessous du village de Saint Christophe.
On peut mettre en rapport cette description avec la Carte du Haut-Dauphiné de Bourcet, dont elle est en réalité un véritable commentaire", comme le dit Henry Duhamel dans la réédition de 1894.


Comme on le constate, dans ce court extrait, le marquis de Pezay (ou celui qui est véritablement l'auteur de ce texte) nomme les Écrins (montagne d'Oursine), avec la rivière qui descend du glacier du vallon de la Pilatte (vallon de la Pirade), la Meije (Aiguille du midi), avec le vallon des Étançons (vallon de Châtelar) et, soit le Râteau, soit le Pic de la Grave (pointe haute du Grand glacier), avec le vallon de la Selle. C'est pour cela que l'on doit considérer ce texte comme la première description du Haut-Dauphiné et du massif des Écrins. Pourtant, il ne faut pas le réduite à ce seul massif, car il décrit longuement les vallées du Queyras et, plus généralement, toutes les vallées de la frontière ente la France et la Savoie et l'Italie. En revanche, les vallées éloignées de la frontières (Champsaur, Valgaudemar, etc, pour citer celles des Hautes-Alpes) sont absentes.
Pour connaître l'histoire complète de la publication et les discussions sur la part exacte du marquis de Pezay dans la rédaction, je vous renvoie à la page que je lui ai consacré sur mon site : cliquez-ici. Il y a une certitude, le contenu de cet ouvrage est directement issu des mémoires rédigés par François de La Blottière, dans ses travaux de reconnaissance militaire de la frontières vers 1709.
J'ai récemment acquis l'édition conjointe de Turin et Grenoble (voir la page de titre en début de message). J'en ai profité pour mettre à jour ma notice et surtout pour tenter de démêler les différentes éditions de ce texte. En réalité, il n'y en a 4 entre 1793 et 1794, entre Turin et Grenoble, sans qu'il soit possible, en l'état de mes connaissances, d'identifier la "vraie" édition originale. Pour ma part je possède une autre édition, qualifiée de "seconde édition", Turin, 1794. Elle est particulièrement rare, car il n'en existe aucun exemplaire dans les bibliothèques publiques de France (Source : CCFr).


C'est la même édition que celle-ci, avec la page de titre modifiée :

Enfin, autre lien avec le Briançonnais, les frères Reycends, premiers éditeurs de ce texte, sont originaires de Monêtier-les-Bains, appartenant à ce vaste réseau des libraires briançonnais dont j'ai déjà parlé. Je n'ai pas fait de recherches particulières sur eux.

mardi 15 novembre 2016

Conférence sur la Meije et ses images

Dans le cadre du Salon du Livre alpin, qui se tient à Grenoble du 18 au 20 novembre au Palais des Sports, je donne une conférence sur "La Meije et ses images". Elle aura lieu dimanche 20 novembre de 10h30 à 11h30.


Le texte de présentation :
Aujourd'hui, l'image de La Meije est familière à tous les amoureux de l'Oisans. Pourtant, il aura fallu du temps pour qu'elle émerge de l'obscurité qui l'entourait. Alors que depuis le XVIIe siècle, le Mont-Blanc a été largement représenté, il faut attendre les années 1830 pour qu'apparaissent les premières représentations, encore marquées par une vision romantique. C'est ce dévoilement progressif des images de la Meije, mais aussi quelques belles représentations tout au long du XIXe et du début du XXe siècles que je souhaite vous faire découvrir. Vous saurez quand la Meije a été représentée pour la première fois, qui, le premier, en a donné une image fidèle, quand la face sud a été dévoilée, et beaucoup d'autres choses.
Venez nombreux !

Le riche programme de toutes les conférences : cliquez-ici.

dimanche 23 octobre 2016

L'Hospice du Lautaret, par l'abbé Laurent Guétal, 1883

Cette petite étude de montagne par l'abbé Guétal (1841-1892), célèbre peintre dauphinois, vient de rejoindre ma collection.

Huile sur toile marouflée sur bois, H : 25 cm x L : 36 cm, signée en bas à droite : L. Guétal

La paysage représenté est le col du Lautaret, avec l'hospice au premier plan et le massif de la Meije, avec les glaciers de l'Homme et du Lautaret, au fond.

Retournons le tableau :


On constate qu'il y a deux inscriptions au crayon. L'une, très visible :


qu'on lit : "M. Faure, rue Servan 19" et l'autre, plus discrète, en haut à gauche, un chiffre au crayon, de la même écriture :

Il n'en fallait pas plus pour que je parte en quête d'informations sur la base de ces deux indices. Je prends d'abord ma casquette de bibliographe. Je sais qu'il existe un catalogue de l’œuvre de l'abbé Guétal qui est en réalité la liste des tableaux de l'exposition d'hommage qui a suivi immédiatement son décès le 18 février 1892. Organisée en mai et juin 1892 à Grenoble, par la Société des Amis des Arts de Grenoble, elle a été accompagnée d'un catalogue, établi par M. Reymond et Ch. Giraud, contenant une notice biographique et la liste chronologique des tableaux, avec, pour chacun, le nom du propriétaire. Ce catalogue est consultable sur Gallica (cliquez-ici).

 Couverture du catalogue
Page 22, je trouve ce que je cherche :
avec un zoom sur l'item qui m'intéresse, le dernier de la liste :
La description, la taille et le numéro correspondent. On apprend ainsi que le M. Faure inscrit au dos est un abbé Faure.

Il faut maintenant que je prenne ma casquette de généalogiste pour identifier cet abbé Faure. Ce patronyme est très courant. En Dauphiné, vers 1892, il existe plusieurs abbés Faure. Mais, grâce au recensement de Grenoble en 1891, je trouve immédiatement mon abbé au 19 rue Servan :

Par chance, il ne se prénomme pas Joseph, mais porte le rare prénom de Pamphile ! En poursuivant dans l'état civil de Grenoble, je trouve rapidement son acte de décès (il a eu le bon goût de mourir peu après 1892, en vivant toujours à Grenoble), qui me mène à son acte de naissance. Avec ces informations, je reviens vers Gallica, à la recherche d'informations complémentaires. J'y trouve des éléments sur sa carrière, sur sa passion de botaniste. Mais surtout, j'ai la chance de trouver le discours prononcé à ses obsèques par l'évêque de Grenoble, Mgr Fava dans l'Annuaire du Petit séminaire du Rondeau et de l'Externat Notre-Dame Grenoble, pour l'année 1897 (cliquez-ici). Je peux ainsi proposer une courte biographie de l'abbé Pamphile Faure, premier possesseur de ce petit tableau.

Joseph Félix Euzèbe Pamphile Faure est né à Quaix-en-Chartreuse le 29 mars 1835. Élève au Petit-Séminaire du Rondeau, à Grenoble, il y devient maître à partir de l'année 1855. Il consacre sa vie sacerdotale à l'enseignement au sein de cet établissement religieux. Il est successivement surveillant, professeur de 4e, de 8e et de philosophie, directeur de 1878 à 1880, et supérieur de 1880 à 1888. En 1888, il quitte le Rondeau et devient vicaire général du diocèse de Grenoble. Il est décédé à Murinais, en Isère, le 14 septembre 1896, alors qu'il était allé présider les exercices de la retraite annuelle de la Congrégation des Filles de la Croix.

A ses heures perdues, il était passionné par la botanique. S'il n'a laissé aucun ouvrage ou même article sur le sujet, son nom est très souvent cité dans le Catalogue raisonné des plantes vasculaires du Dauphiné, par M. J.-B. Verlot ou la série des Guides du botaniste dans le Dauphiné, par l'abbé Ravaud. Il a effectué de nombreuses herborisations dans le Dauphiné, en particulier dans le Briançonnais. Il appartenait aussi au Club Alpin Français.

L'abbé Faure et l'abbé Guétal se connaissaient-ils ? Évidemment. L'abbé Guétal a été hébergé toute sa vie au séminaire du Rondeau. Il a d'ailleurs souvent peint les alentours. Naturellement les deux hommes se connaissaient. Dans son allocution, Mgr Fava rapproche le destin de ces deux prêtres :
Et, ici, rappelons le souvenir de ces deux âmes qui ont été appelées à vivre de la même vie, comme artistes, au Rondeau ; l'abbé Guétal, comme peintre, et l'abbé Faure, comme botaniste. Tous deux amis de la belle nature ; tous deux passionnés pour la science qu'ils cultivaient ; tous deux éminents artistes, qui laissent, l'un, des tableaux estimés des plus grands maîtres ; l'autre, une mémoire de savant botaniste, et des collections, qui lui assurent un nom dans cette science si bien faite pour captiver les intelligences amies de la sagesse divine.
L'abbé Guétal a donc sûrement offert à son ami l'abbé Faure cette petite étude probablement peinte sur le motif, alors que, peut-être, ils s'y trouvaient tous les deux, l'un pour peindre ces montagnes dauphinoises qu'il a si bien illustrées, et l'autre pour herboriser dans les prairies du Lautaret, célèbres depuis toujours parmi les botanistes pour leur richesse.

L'abbé Guétal a peint un autre tableau pour l'abbé Faure, dans un lieu proche :
109. — Lac du Pontet, au-dessus du Villard-d'Arène. Dans le fond, la Meije et ses glaciers ; en avant, trois personnages : M. l'abbé F***. M. C*** et M. A***. Signé, daté 1881. H. 0m23. L. 0m39.

Il l'a représenté dans une des ses activités favorites :
68. — Environs du Séminaire [du Rondeau]. — Dans le fond, la chaîne de la Chartreuse et la chaîne de Belledonne ; au milieu, le petit Séminaire ; en avant, les élèves du Séminaire herborisent sous la conduite de l'abbé Ginon et de l'abbé Faure. Effet du soir. Signé, daté 1880. H. 0m38. L. 0m62.
Ce tableau appartenait à l'abbé Ginon.

Voilà, l'histoire est bouclée. Je connais le premier propriétaire du tableau. Je connais les liens entre le peintre et celui-ci. Je sais pourquoi il y a ces deux inscriptions au crayon au dos du tableau. Un jour, si j'ai le temps, je pourrais chercher ce que sont devenus les biens de l'abbé Faure après son décès, première piste pour reconstituer la chaînes des différents propriétaires jusqu'à moi.

L'abbé Guétal par Aimé Charles Irvoy.

Pour compléter ce message, une photo de Saint-Marcel-Eysseric (2e moitié du XIXe siècle), mise en ligne sur le site des Archives des Alpes-de-Haute-Provence (Merci au lecteur du blog qui m'a signalé cette belle photo).

Le point de vue est similaire.

Enfin cette photo m'a été transmise par un autre lecteur du blog, que je remercie. Elle a été prise en septembre dernier, avec un même angle de vue sur le massif de la Meije. A compare le volume des glaciers par rapport au tableau de l'abbé Guétal et la photo ci-dessus. Recul et diminution de volume impressionnants !


mardi 11 octobre 2016

Conférence sur la bibliographie briançonnaise

Je vous invite à la conférence que je donne sur la bibliographie briançonnaise vendredi prochain 14 octobre à Grenoble, dans le cadre de la Société des Écrivains dauphinois. Je tenterais de présenter en une heure un corpus de presque mille ouvrages.



Le texte de présentation :
Les Trésors cachés de la Bibliographie Briançonnaise
Prenons une de nos régions du Dauphiné, le Briançonnais, plongeons-nous dans les presque mille ouvrages qui lui ont été consacré depuis le début du XVIIe siècle jusqu'au milieu du siècle dernier. Dans cette masse impressionnante de plusieurs centaines d'ouvrages, il se cache quelques trésors, quelques “ pépites ”. Qui saurait dire que, dans tel ouvrage au titre improbable, se cache le premier mémoire historique sur le Briançonnais ? Que telle plaquette de souvenirs nous fait revivre une première communion au début du XIXe siècle ? Qu'un sous-préfet de Briançon s'est fait l'ardent défenseur du fouriérisme et de son introduction dans nos Alpes ? Qu'un savant anglais aujourd'hui oublié a, pour la première fois, dessiné nos sommets du Haut-Dauphiné ? Qu'un notable du premier Empire a raconté son séjour forcé dans le Queyras sous la Révolution ? Ce sont ces livres, et quelques autres, que je vous invite à découvrir à travers un parcours guidé parmi ces trois siècles.
La conférence a lieu vendredi 14 octobre 2016 à 16h30 dans la salle des Archives départementales de l'Isère, 2 rue Auguste Prudhomme, Grenoble.

Pour télécharger l'annonce de la conférence : cliquez-ici.




 

vendredi 17 juin 2016

Eloge des biographies de nos auteurs inconnus

Il y a un exercice que je trouve particulièrement stimulant : partir des quelques informations éparses que l'on possède sur une personnalité du passé (certes secondaire) pour arriver, par un travail de bénédictin, à en faire la biographie.

J'ai fait ce travail pour élaborer des ébauches de biographies de Camille Lebrun, de Stéphane Juge, etc. Mais, aujourd'hui, je souhaite rendre hommage au travail de Pierre Dell'Accio pour faire sortir de l'ombre Henry Rousset (1860-1944). Ce que l'on savait sur lui était très fragmentaire, comme le rapporte Pierre Dell'Accio dans son Avant-propos  : "Marie Jules Henry Rousset, né à La Mure le 6 août 1860, fils d'un quincaillier. Greffier à Grenoble, il est surtout connu comme publiciste et journaliste au Moniteur dauphinois. Auteur d'ouvrages consacrés à Grenoble et au Dauphiné" (ce sont d'ailleurs les quelques mots de la courte biographie d'Henry Rousset sur mon site : cliquez-ici).


Il en résulte ce livre documenté, complet, qui aborde non seulement les différents aspects de la  vie d'Henry Rousset, de son abondante production : livres, articles, etc., mais aussi des biographies des différentes personnalités qu'il a croisées à Grenoble et dans le Dauphiné entre la fin du XIXe et le premier tiers du XXe siècles. C'est une "photo" d'un milieu, loin des personnalités de premier plan, mais qui remet en lumière tous ces acteurs de second rang qui font aussi l'histoire et, dans ce cas, l'environnement culturel grenoblois.

Pour mémoire, Henry Rousset est l'auteur d'ouvrages dont les principaux sont :
- Le Théâtre à Grenoble, 1891
- Histoire des sapeurs-pompiers de Grenoble, 1893
- Histoire illustrée de rues de Grenoble, 1893
- La Presse à Grenoble, 1900
- Les Dauphinoises célèbres, 1908
qui sont des sources toujours nécessaires sur cette période.
J'en avais parlé à propos de La Presse à Grenoble, paru en 1900, qui est un ouvrage utile sur le foisonnement des journaux à Grenoble aux XVIIIe et XIXe siècles. Je renvoie à la page que je lui ai consacrée : cliquez-ici.



Cela m'a aussi permis d'apprendre qu'un de mes lointains cousins, Oscar Munier, pharmacien à La Mure, était aussi un compositeur de musique qui a laissé son nom à quelques œuvres régionales comme Nos Alpins. C'est aussi un des charmes de ce type d'ouvrages.

vendredi 10 juin 2016

Hommage à Maurice Pons

Le décès de Maurice Pons dans la nuit du 7 au 8 juin dernier est pour moi l'occasion de rendre hommage à un livre envoutant, Les Saisons, paru en 1965. J'ai eu la chance de pouvoir trouver un exemplaire de l'édition originale, qui a ainsi rejoint à double titre ma bibliothèque, d'abord comme œuvre littéraire, car c'est comme cela qu'il faut l'aborder, mais aussi comme un évocation, très personnelle, de la vallée de Névache dans les Hautes-Alpes.


Ma façon de lui rendre hommage est d'avoir tenté de reconstituer un peu de son histoire familiale, de celle qui le rattache à Névache et aux Hautes-Alpes.

D'abord l'œuvre. Pour la présenter, je reproduis le 4e de couverture de l'édition originale :

Dix-huit mois de pluie ininterrompue, et soudain les oiseaux s'abattent sur le sol, saisis par le gel en plein vol. L'hiver commence, avec ses quarante mois de glace bleue, ses quarante mois de neige. Dans la vallée sans printemps, les villageois s'efforcent de survivre, gorgés d'alcool de lentille, attaqués par la pourriture qui règne sur le pays et qui leur rogne à qui les pieds, à qui les mains, les yeux ou les oreilles ; ils «s'accommodent», ils inventent même des distractions et des fêtes, des règlements, des cérémonies, des religions et des sciences. Et les douaniers veillent.
Pourquoi faut-il que vienne échouer parmi eux Siméon, le poète, rescapé d'un monde plus terrible encore ? Avec ses voyelles et ses consonnes, sans doute espère-t-il inventer d'autres saisons et purifier le monde, découvrir l'amour et la fraternité des hommes. Hélas, il ne réussit qu'à faire éclore une folie d'images, plus nocives en fin de compte que la rigueur des climats.
Maurice Pons a poussé jusqu'aux limites du supportable les sortilèges d'un réalisme fantastique. Mais par la beauté de sa vision et de sa langue, par l'humour extravagant qui baigne son livre, il réussit à communiquer à son lecteur, presque malgré lui, une sorte de malaise émerveillé.
La "vallée sans printemps", c'est la vallée de Névache, telle que transfigurée par Maurice Pons. Il a raconté lui-même dans ses Souvenirs littéraires, parus en 1993, tout ce qui le rattachait à Névache. D'abord son père : 
Mon père, Émile Pons, était par sa mère originaire de Névache, petite commune des Hautes-Alpes, perdue au fond d'une vallée glaciaire. C'est à l'école de Ville-Haute, à la fin du siècle dernier, qu'il apprit à lire et à écrire, passa son certificat d'études, obtint une bourse pour le lycée de Gap.
Au lycée de Gap, il remporta le premier prix de discours latin au Concours général et son baccalauréat avec mention « Très bien ». C'était quelque chose à l'époque ! Mon père nous racontait quelquefois son retour triomphal dans la haute vallée de Névache, qui accueillait son premier bachelier, et il nous parlait avec ferveur du beau roman d'Albert Marchon, Le Bachelier sans vergogne, publié en 1925, qu'il avait lu à l'époque et qu'il a toujours gardé.
Ensuite ses souvenirs de vacances à Névache :
Des chemins de fer, je ne connaissais alors que les wagons en bois du réseau Alsace-Lorraine et les troisièmes classes du P.L.M., qui chaque année nous emmenait pour les grandes vacances familiales, de Strasbourg à Briançon et de Briançon à Strasbourg. Ce voyage durait deux jours et une nuit ou un jour et deux nuits. Il fallait changer trois fois, avec armes et bagages, au milieu de la nuit, à Mulhouse, à Lyon, à Valence. Nous dormions sur les banquettes, les plus petits dans les filets à bagages.
Maintenant, rassemblons ce que nous avons trouvé sur sa famille (sauf erreur de ma part, ce sont des informations inédites) :

Son père, Émile Pons, est né le 25 mai 1885 à Saint-Martin-de-Queyrières, fils de Pierre Pons et Marie Faure, tous les deux instituteurs à Saint-Martin-de-Queyrières. Ils appartenaient à cette tradition très vivace des instituteurs briançonnais. Pierre Pons était lui-même fils d'un instituteur originaire de Saint-Véran, Jacques Pons (1824-1902). Né aux Crottes (Les Crots) en octobre 1850, il d'abord été instituteur à Briançon, à partir de 1871. C'est là qu'il se marie avec Marie Faure, née à Névache en janvier 1850, alors institutrice à Prelles (mariage à Briançon le 9 juin 1875). A travers les actes d'état-civil (naissances et décès de leurs enfants) et les recensements, on suit leur présence à Saint-Martin-de-Queyrières de 1876 à 1910, de façon continue, comme instituteurs de la commune. Ils prennent tous les deux leurs retraites en 1910 après respectivement 39 ans et 6 mois et 38 ans et 9 mois de services. En 1911, ils s'installent à Sainte-Catherine (Briançon). Le 13 juillet 1912, Pierre Pons est nommé  officier de l'instruction publique, au titre des "récompenses aux personnes qui ont contribué au développement de l'histoire et géographie locale" (je n'ai pas trouvé à quel titre il avait contribué).
Le couple s'installe ensuite à Névache où Pierre Pons est décédé en 1926 et Marie Faure en 1935.

Ils ont eu 3 enfants, l'aînée, Maria (1876-1960), institutrice, épouse Claude Rostolland, instituteur de Névache. Un de leur fils, René Rostolland, sera professeur de mathématiques et inspecteur d'académie. Le second, Émile (1885-1964), élève de l’École Normale Supérieur (admission en 1906) deviendra professeur à l'Université de Strasbourg, puis à la Sorbonne, spécialisé en littérature anglaise (sa thèse portait sur Swift). Le cadet, Léon, né en 1888, était aussi instituteur (à Arvieux en 1909, à Vallouise en 1911, puis à Gap, jusqu'à la guerre). Parti combattre avec le 159e régiment d'infanterie, de Briançon, il est tué à l'ennemi en juin 1915, à Souchez. Son nom est porté sur le monument aux morts de Névache.


D'après des références trouvées sur Internet, la famille Pons (Jacques et son fils Pierre) est citée par l'abbé Berge dans sa monographie de Saint-Véran, à propos des instituteurs issus de ce village. N'ayant pas cet ouvrage sous la main, je n'ai pas pu vérifier. Notons que les prénoms complets de Pierre Pons étaient Pierre Jean Louis Antoine Pons. Certains l'appellent simplement Antoine, alors que dans les recensements, il n'est toujours connu que sous le prénom de Pierre. A défaut d'autres précisions, c'est celui que j'ai retenu.

Dans ces souvenirs, que j'ai repris ci-dessus, Maurice Pons dit que la première scolarité de son père s'est déroulée à Névache, ce qui ne cadre pas avec la présence continue de ses parents  à Saint-Martin-de-Queyrières. On le trouve d'ailleurs recensé avec eux en 1891 et 1896, alors qu'il a respectivement 6 et 11 ans. Est-ce une confusion de la part de Maurice Pons ? A creuser. En revanche, il a ensuite été boursier au Lycée de Gap, comme en atteste cette mention dans le Journal officiel du 24 janvier 1899 : "Pons (Emile-Albert), né le 26 mai 1885. Le père instituteur; 3 enfants, 28 ans de services. — Demi-bourse, Gap."

Enfin, pour terminer, lorsque les parents d'Emile Pons ont quitté Saint-Martin-de-Queyrières pour partir à la retraite, ils ont été remplacés par un autre couple d'instituteurs, Claude Lagier-Bruno (de Vallouise) et sa femme Julie Rostollan (de Vars). J'en ai déjà parlé car l'une de leurs filles, Elise Bruno-Lagier (1898-1983) a épousé Célestin Freinet (voir ici et ).

En 1930, Henri Rostolland fait paraître une monographie sur Névache et sa vallée :


Parmi les souscripteurs, on trouve Émile Pons, le père de Maurice Pons, et sa grand-mère :

J'ai souvent parlé sur ce blog des instituteurs des Hautes-Alpes. Suivez ces liens :

Généalogie de la famille Pons : cliquez-ici.

samedi 14 mai 2016

Les maîtres de la Montagne. La Meije et les Écrins, par Ernest Hareux, 1907.

En 1907, chez A. Gratier et J. Rey, éditeurs à Grenoble, paraissait un ouvrage illustré par Ernest Hareux, avec un texte de Daniel Baud-Bovy : La Meije et les Écrins. Il contient 50 vignettes dans le texte et 25 illustrations en pleine page, dont 24 se présentent sur des feuilles en papier fort gris, montées sur onglets, portant l'illustration en couleurs imprimée sur un feuillet indépendant collé ensuite par le haut au centre de la page, le tout complété d'une légende.

Le Doigt de Dieu ou Pic Central de la Meije

En complément de cet ouvrage tiré à 660 exemplaires, l'éditeur rassembla séparément ces 24 planches, sous une couverture formant chemise, sous le titre : Les maîtres de la Montagne. La Meije et les Écrins, sous le seul nom de l'illustrateur, le peintre Ernest Hareux.


Le tirage a dû être très restreint (50 ? 100 ? exemplaires), car c'est un ouvrage particulièrement rare. Il est absent de toutes les bibliothèques, y compris la BNF et le Fonds dauphinois de la Bibliothèque Municipale de Grenoble (source CCFr). Probablement que la présentation en feuilles n'est pas propice à la bonne conservation de l'ensemble.



Les 24 illustrations sont particulièrement belles. Je les reproduis toutes ici : 

Le Clapier de St-Christophe en Oisans

Le Plan du Lac

Route de St-Christophe et le Vénéon

Le dernier tournant près St-Christophe et les Fétoules

Le village de St-Christophe

Le pont à l'entrée de la Bérarde

Le village de la Bérarde

Le torrent des Etançons et les maisons de la Bérarde (Effet de nuit)

Au refuge du Carrelet

Campement improvisé des Écrins

Le sommet des Écrins

La moraine de Bonne-Pierre et le Col des Écrins

Le village de la Bérarde et la Tête de la Maye

La Meije

Le départ de la caravane pour l'ascension de la Meije

La vallée des Etançons

Un passage difficile, le Dos d'Ane

Arrivée au Glacier carré

Passage du Cheval Rouge

 Sur les arêtes de la Meije

La Meije (vue du Chazelet)

La Grave

Route de la Grave au Lautaret

Liens vers :
La Meije et les Écrins, de Daniel Baud-Bovy

 Ernest Hareux