samedi 24 mars 2018

Marchands Migrants du Briançonnais, de Michèle Janin-Thivos

L'histoire des marchands du Briançonnais, et plus particulièrement des libraires du Briançonnais, est bien connue, mais il manquait une étude complète. Il fallait jusqu'à maintenant aller chercher des informations éparses et fragmentaires dans les quelques ouvrages qui avaient abordé le sujet, comme ceux de Laurence Fontaine, mais aucun ne l'avait spécifiquement étudié.


Cette lacune est maintenant comblée par l'ouvrage récent de Michèle Janin-Thivos : Marchands Migrant du Briançonnais, qui porte en sous-titre : Monestier-de-Briançon au XVIIIe siècle. Cette étude porte sur l'ensemble du phénomène des marchands de la vallée de la Guisane (l'ouvrage aborde aussi quelques familles du Bez et de La Salle). Ce sont les deux faces de la migration qui font la matière de cet ouvrage : les migrants et leurs familles dans la vallée de la Guisane et les migrants dans leurs zones d'activité. Sur ce deuxième point, le Portugal est plus particulièrement étudié, car c'est le domaine de recherches historiques de Michèle Janin-Thivos, mais elle traite aussi assez largement l'Espagne et, plus proche, la France : Lyon, la Bourgogne, etc. jusqu'à Brest avec la famille Raby. L'Italie n'est pas oubliée car de nombreux marchands, surtout des libraires, se sont installés à Turin, Gênes, Naples, etc.

Jacques Ratton (1736-1820), un des plus célèbres migrants du Monétier,
qui s'est illustré à Lisbonne. Sa vie est largement évoquée au début de l'ouvrage.

L'intérêt principal à mes yeux de cet ouvrage est l'étude approfondie des liens entre les migrants, leurs réseaux familiaux à travers l'Europe, leurs familles restées au village et leur communauté d'origine. L'influence de ces réseaux familiaux, qui tissent leur relations à travers l'Europe, est particulièrement mise en valeur avec l'exemple de quelques familles. Des schémas illustrent les liens généalogiques et commerciaux souvent complexes et croisés entre ces différentes familles, dont la zone d'activité pouvait couvrir plusieurs pays d'Europe ou plusieurs villes, avec un centre de gravité qui restait la vallée de la Guisane, tout du moins dans la première partie du XVIIIe siècle avant que les liens avec la patrie d'origine ne commencent à se distendre. Ces quelques schémas et les informations fournies par le livre ne sont que la partie émergée de l'iceberg. Ce travail s'appuie sur une documentation extrêmement importante sur l'histoire de ces familles et de ces marchands et libraires. Le format nécessairement contraint de cette publication nous permet seulement d'en entrevoir la richesse.


Livre publié par les frères Reycend, originaires du Monétier, libraires à Turin.
Au-delà de cette description fouillée et documentée du phénomène, Michèle Janin-Thivos propose aussi une réflexion plus large sur la société briançonnaise au XVIIIe siècle. En effet, elle décèle dans les comportements des migrants briançonnais une évolution de leurs rapports à la communauté. Les migrants du début du siècle gardent une attache forte avec leur communauté d'origine, mus par un sens aigu des responsabilités qui leur incombent en tant que notables (jusqu'à un certain point, il y a un lien fort entre notabilité et migration marchande). Au cours du siècle, ce sens du bien commun cède le pas devant des comportements plus individualistes, qui tendent à distendre ce lien fort entre la communauté d'origine et les marchands migrants. Cette évolution ne modifie pas la force des liens familiaux, mais plutôt l'enracinement au sein de la communauté. Le résultat est une forme de paupérisation des villages de la Guisane qui voient s'éloigner irrémédiablement les éléments les plus brillants. Il en résulte une période de « décadence » de ces communautés villageoise que l'auteure fait débuter aux premières années du XIXe siècle et se terminer avec l'arrivée du tourisme au milieu du XXe siècle. Cette analyse que je partage m'a semblé en phase avec les conclusions de l'étude menée par Harriet Rosenberg à Abriès dans son fort méconnu et pourtant passionnant ouvrage : Un monde négocié. Trois siècles de transformations dans une communauté alpine du Queyras.

Cet appauvrissement des communautés villageoises, aussi bien financier que culturel et même intellectuel, a fait oublier la belle période de ces villages riches en talents, ouverts sur le monde et fières de leurs capacités à s'administrer au sein des instituons si particulières des Escartons. D'où, probablement, l'image d'une vallée pauvre, voire même arriérée qui s'est installée dans la littérature et même l'historiographie briançonnaise. En revenant sur cette histoire si riche des marchands migrants, c'est aussi l'occasion de remettre en valeur ce passé oublié ou occulté. C'est pour cela que s'il ne fallait retenir qu'une chose de cette étude dense, ce serait cette phrase en début d'ouvrage : « Les habitants du lieu méritent une meilleure restitution de leur histoire. » Le livre s'y attelle brillamment.

Présentation de l'ouvrage en 4e de couverture :
Loin des clichés misérabilistes largement répandus, l'étude des migrants du Monestier-de-Briançon au XVIIIe siècle souligne leur extraordinaire réussite sociale à Lyon, Turin, Madrid ou Lisbonne... Ces marchands ont partout intégré rapidement les élites du commerce grâce à leurs capacités d'adaptation et leur avance culturelle leur a même permis d'acquérir une place considérable en Europe sur le marché du livre. Le présent ouvrage a pour but d'éclairer ce mouvement d'émigration par la minutieuse reconstitution des généalogies, par le dépouillement de nombreuses archives en France et à l'étranger, afin de mettre en évidence les relations entre la vie locale dans la vallée de la Guisane et les « colonies » briançonnaises éloignées. Une attention particulière a été portée aux transformations du quotidien des familles passées de la montagne à la ville et des liens qu'elles maintiennent avec leur « patrie » d'origine.

Plan :

Première partie : Du Briançonnais à la Mer de Paille
Chapitre 1 : Jacques Ratton fils. Un parcours exemplaire au sein de la communauté des marchands de Lisbonne
Portrait d'un opportuniste
Un destin familial entre France et Portugal
Un bourgeois éclairé
Chapitre 2 : Les chemins de la mobilité
Le « Finisterre » de l'Europe
L'attraction de la péninsule ibérique
Le Bizouard, un colporteur vagabond ?
Chapitre 3 : L'épreuve de la mobilité
Identité et familles
Un très fort enracinement en Briançonnais
Les femmes dans la migration
Deuxième partie : Les communautés de la Guisane
Chapitre 4 : Une économie « qui tient beaucoup de l'avarice »
Un « terroir très maigre et subjet aux gelées »
Des « talents pour le commerce... »
Pluriactivités et géographie des échanges
Chapitre 5 : Des communautés « beaucoup républicaines
Administrer le Monestier de Briançon
Les Guibertes dans la communauté du Monêtier
Des Guibertes au Bez
Chapitre 6 : De la frugalité à l'opulence
La transformation du cadre matériel
Loin du « crétin des Alpes »
La réussite des Colomb de Lyon
Troisième partie : Une culture de la mobilité
Chapitre 7 : Alphabétisation et pratiques culturelles
Des notaires pléthoriques
« Aller aux écoles et aux études »
Un milieu culturel riche
Chapitre 8 : Le grand « remuement »
Le poids des absents
Les « colonies » marchandes
Relations privilégiées avec la Bourgogne
Immigration de remplacement
Chapitre 9 : « Absents pour de longs jours »
L'écrit pour maintenir les liens
Absence et famille
Les absents dans la vie locale
Quatrième partie : Les Briançonnais marchands de livres
Chapitre 10 : La conquête du marché du livre
Du mercier au marchand de livres
Du vendeur d'images au vendeur de livres
Libraire, éditeur, imprimeur
Chapitre 11 : Les libraires briançonnais dans la société de leur temps
Capitaux et revenus
Leur visibilité dans la ville
Chapitre 12 : Diffusion des Lumières et idéal démocratique
Circulation des idées et censure
Révolution et répression
Les allers-retours du XIXe siècle
Conclusion
Index des familles Briançonnaises
Bibliographie simplifiée

Pour revenir à ce blog :

Le hasard d'un voyage à Lisbonne avait déjà été l'occasion d'évoquer  Jacques Ratton, dont le destin hors norme introduit l'ouvrage : cliquez-ici.
J'avais poursuivi en évoquant justement les libraires briançonnais de Lisbonne : cliquez-ici. A l'époque, je n'avais que l'ouvrage de Laurence Fontaine comme référence. Aujourd'hui, je peux enrichir cette évocation avec cet ouvrage.
Il y a eu aussi le livre remarquable de Jean-Jacques Bompard  : Libraires du Nouveau Monde. De Briançon à Rio-de-Janeiro, Grenoble, PUG, 2015, que j'ai chroniqué sur ce site : cliquez-ici.

Jean-Baptiste Bompard (1797-1890), d'une famille du Bez, libraire au Brésil
Au-delà de la vallée de la Guisane, qui a donné un nombre important de libraires, remarquables tant par l'ampleur de leurs activités que par l'étendue géographique de leurs périmètres d'activité (Italie, Espagne Portugal, jusqu'au Brésil !), j'ai déjà eu l'occasion de parler de quelques libraires de la fin du XVIIIe et du début du XIXe siècles qui étaient originaires des montagnes des Hautes-Alpes. Je renvoie à ces quelques billets sur mon blog ou à ces pages sur mon site :
  • La famille Gauthier, du Noyer en Champsaur, à l'origine de la dynastie des Gauthier-Villars. J'ai prononcé une conférence sur l'histoire de cette famille de libraires : cliquez-ici.
  • Dominique Villars, futur botaniste, qui a eu une expérience de colporteur-libraire : cliquez-ici.
  • Louis Fantin, un libraire briançonnais, à Paris : cliquez-ici et cliquez-là.
  • Le libraire Carilian-Gœury : cliquez-ici et cliquez-là.
  • Le libraire Victor Lagier :  cliquez-ici.
Quant à la société des Hautes-Alpes au XVIIIe siècle, j'ai déjà eu l'occasion de m'élever en faux contre ces visions erronées qur l'on en donne aujourd'hui, comme dans ce billet : cliquez-ici ou, de façon plus anecdotique, dans celui-là : cliquez-là.

Un exemplaire bien relié de l'édition de 1920 des Recordações de Jacome Ratton.

1 commentaire:

Sylviedam a dit…

Un sujet passionnant, une restitution claire et dense, la riche histoire de cette vallée de la Guisane... Merci !

SylvieDam